« Poètographe Surprisier », Sebastien Monchal se plongeant dans la planète Vian, recrée un univers dans une série de photographies à la facture fort poétique.

 

Pour fêter cette année deux mille vian, « La complainte du progrès », « L’Écume des jours – le nénuphar 1 », « Le pianocktail », « L’Écume des jours – les souris », « Le Déserteur », « L’ Écume des jours – le nénuphar 2 » ont été revisités en pleine action par notre photographe de jouets.

CLIQUEZ SUR UNE PHOTO POUR L’AGRANDIR

 

Un petit mot de Sébastien : 

Je tiens tout d’abord à dire que c’est un réel honneur et plaisir que de pouvoir participer à l’hommage rendu cette année à Boris Vian.

Le hasard – si tant est qu’il existe – a fait en sorte il y a quelques mois en arrière que je passe un moment avec Mathias Malzieu qui est le parrain de l’anniversaire. Autour d’un verre place de la Comédie à Montpellier, nous avons parlé Star Wars, Islande, Norvège, d’Une Sirène à Paris qui sort actuellement justement dans les salles et de photographie. Il m’a alors dit que se serait chouette de faire quelque chose autour de Boris Vian avec « mes jouets ». Les idées se sont alors mis alors à pousser comme un champ de fleurs au printemps. L’univers de Bison Ravi tout comme celui de Mathias ou de Saint Exupery m’ont toujours parlé et inspiré.

C’est cette même passion de rendre poétique le monde qui nous entoure qui m’anime. Un cocktail d’imaginaire, de poésie et parfois d’absurde rend le monde tellement plus vivant.

Il me plait à croire que mes petits Surprisiers 2.0* tout comme mes photos hommage inspirées notamment par L’écume de jours, le déserteur ou la complainte du progrès auraient plu à Boris Vian.

La photographie, qui signifie littéralement « écrire avec la lumière », est ma façon à moi de métamorphoser l’ordinaire en extraordinaire. Notre imagination est une lumière qui peut illuminer le cœur des autres. C’était à sa façon ce que Vian faisait. Glisser du merveilleux, du magique, du poétique dans la vie des gens. Je dirais qu’il a la fantaisie contagieuse puisque ces œuvres continuent de nous toucher encore de nos jours. Je me suis rendu compte en écoutant ses chansons pour m’imprégner de son univers en traitant les photos que j’en connaissais plusieurs. Le souvenir de mes grands-parents l’écoutant m’est revenu. Que c’est beau et bon ce genre de sentiment plein de nostalgie à ras bord.

On peut retrouver mes créations photographique à base de jouets sur Instagram à @sebmonchal2 et mes photographies plus classiques à @sebmonchal ou le tout sur Facebook à Territoire Infini. Boris Vian a dit « l’histoire est entièrement vraie puisque je l’ai imaginée d’un bout à l’autre ». C’est assez inspirant pour en faire de même avec mes photos ^^

Très heureux de célébrer le centenaire de Vian et d’apporter mon grain de poésie photographique en cette belle occasion. Que son œuvre nous porte encore longtemps ainsi que les générations futures” 

Sébastien Monchal

* « surprisiers : ceux dont l’imagination est si puissante qu’elle peut changer le monde  – du moins le leur, ce qui constitue un excellent début ».

 

On craque aussi pour ses petits robots surprisiers 2.0 que Boris Vian aurait pu fabriquer dans l’atelier de son appartement de la Cité Véron !

 

actualités liées

Pas d'articles relatifs

© 2020 Boris Vian

Design : Kévin Faroux / Réalisation : Aurora

X